CRLFC - Le Catalogue des parutions - romans, récits, nouvelles
 
 romans, récits, nouvelles 
accès aux archives
Enlèvement avec rançon
(Yves Ravey)
Les oiseaux, peut-être
(Manuel Daull)

Fondus enchaînés
(Michèle Tatu)

   

Les Renards cuisent au four
(Marie-Thérèse Boiteux)

Une petite colombe noire
(Nicolas Robert)

Mona 3 étoiles
(Nathalie Salvi)

Mitochondries et autres nouvelles
( Philippe Bastin)

Traduire un silence
(Iris)

Cutter
(Yves Ravey)

C'est un peu la paix/C'est un peu la guerre
(Jean-Pierre Andrevon)

Comme un jeu d'enfant
(Gérard Lambert)

Mon papa est en prison
(Yves Couturier)

Terre brûlante
(Nicole Tourneur)

Au village
(Geneviève Helène)

Maisons de mémoires
(Jean Libis)

Le Deuil des abeilles
(Marie-Thérèse Boiteux)

Les Sillons de l'espoir
(Marie-Thérèse Renaud)

Dix-huit histoires d'eau en Franche-Comté
(Jean-Louis Poirey)

Le Silence des abeilles
(Daniel de Roulet)

La Sphère des mères
(Claude-Louis Combet)

Le Veilleur de livres
(Frédérique Laurent)

Schisme : Pierre Valdo et le chevalier
(Jacques Rittaud-Hutinet)

Les Tisserands de Lumière Tome II : L'Éveilleur
(Patricia Gavoille)

Le Mystère du Lac d'Antre
(Bernard Rieu)

Un Casanis pour Carcopino
(Gilbert Pastore)

Neige perdue
(Jack Varlet)

La Reine népalaise
(Bernard Grandjean)

Les Disparues du fief
(Hervé Perton)

Étrennes de Russie
(Christelle Ravey)

Le Tableau bleu - Mémoires oubliées
(Pierre-Alain Mayol)

Voyage en terres australes : Un officier de marine de l'expédition Baudin découvre l'Australie et la Tasmanie 1800-1804
(Pierre Bernard Milius)

Peuchâtre et Gésirac
(Michel Rullier)

Au bord de l'horizon
(France Lestelle)

La Révolte des poules en bois
(Jean-Louis Poirey)
Les Marsal. Tome 2 : Les Chemins d'honneur
(Guy-Louis Anguenot)

La Source inconsolée
(Patricia Pain)

Espoirs déchus
(Noufel Bouzeboudja)

Les Nubel
(Younes Adli)

Chaos sentimental
(Aomar Ait Aider)

L'Heure bleue
(Patricia Commelin)

Malbosque
(Gilles Bailly)

Fifi de Montmartre
(André Jeanpierre )

 

Les Oiseaux, peut-être

Un homme, deux femmes, la salle à manger d'un hôtel perdu, des fenêtres qui donnent sur la forêt, le bruit des oiseaux. Des regards, loin de l'agitation du monde, des mouvements lents, des échanges sans fioritures.

De cet univers épuré - personnages à peine esquissés et décor réduit à l'essentiel- , l'écrivain Manuel Daull, que l'on connaissait jusqu'alors pour ses textes poétiques, fait émerger, dans ce premier roman, le monde sensible par un travail d'écriture singulier. À la manière d'un kaléidoscope, ce roman déplie l'espace et propose des horizons mobiles pour conter la difficulté d'habiter le monde : paysages intérieurs et silencieux, cimes des arbres, sentiers sombres et nuages filants, reflets à l'infini et désirs triangulaires.

Le narrateur, Pierre Lorenz - affecté de narcolepsie et tombant dans un sommeil profond à la moindre surprise - regarde intensément Orlane Dubois, une femme aux postures de sentinelle tournée vers les bois à l'entour, venue s'oublier dans cet hôtel sur les injonctions de son mari, après un accident dont on ne nous dira rien.

pour Lorenz, elle sera alors son horizon mouvant, comme à la pointe du phare, ses reflets d'argent, sa profondeur et l'obscurité qui y règne, un gouffre à se perdre qui l'attire.

En miroir à ce regard, il y a Mathilde Léger, arrivée avant lui, qui elle, regarde Lorenz qui regarde Orlane. S'offrant à lui, elle l'oblige à apprivoiser sa peur et à trouver le langage singulier pour rencontrer cette femme qui n'a comme refuge que le recours aux forêts .

. ..je suis comme vous dit-elle, je regarde surtout à l'intérieur de la pièce, ce ne sont ni les oiseaux dans les grands arbres, ni ce qui se passe dans la vallée, qui m'intéressent, ce qui m'intéresse se résume pour l'instant à votre attente, et j'aime les oiseaux pourtant, les grands arbres aussi

Un premier roman à l'atmosphère envoûtante dont la fin prend les atours flous du conditionnel pour dire la fragile possibilité de retrouver une présence au monde.

 

Manuel Daull

Éditions Cambourakis, août 2010, 64 pages, 8€, ISBN : 978-2-916589-53-4

retour haut de page

Enlèvement avec rançon

Alors, j'ai compris que rien n'avait changé depuis son départ, il y a vingt ans. Et tout de suite, sans que j'oublie rien de ce qui nous liait, notre enfance, mon père et ma mère, nos rapports se sont tendus.

Depuis vingt ans, Max est le comptable discret de l'usine d'emboutissage de monsieur Pourcelot. Il vit toujours dans la maison familiale et a la charge de sa mère placée en maison de retraite. Son frère Jerry a préféré partir, loin, pour combattre, en cachette et en Afghanistan, laisse-t-il entendre mystérieusement, en jouant avec son Calibre 50 Magnum, « Desert Eagle. Fabrication israélienne ».

Leurs retrouvailles sur un quai de gare suisse est la première étape d'une opération minutieusement planifiée : faire passer la frontière en secret à Jerry, se cagouler, enlever Samantha, la fille de Salomon Pourcelot et l'échanger contre une rançon d'un demi-million, moitié pour la « cause » de Jerry, moitié pour compenser le manque d'intérêt qu'elle a manifesté à Max. Un scénario classique a priori, et normalement infaillible.

Comme un frisson sur l'échine, l'angoisse étreint le lecteur dès l'ouverture du roman. La langue dense et sans concession d'Yves Ravey dit assez que le ressort est déjà tendu, trop tendu. S'ensuit un récit haletant, où rien ne se déroule comme prévu et où l'on va de surprise en surprise. La nuit sera longue...

Dans cet onzième roman, Yves Ravey jongle avec talent avec les codes du roman noir - un enlèvement, des appels croisés, un fourgon, des petites coupures, des sacs jumeaux et des frères d'armes... - mais pour emmener le lecteur ailleurs. Un ailleurs où les motivations de chacun sont troubles, les rapports de force apparents biaisés et où derrière l'aridité des dialogues bourdonne la violence du monde.

 

Yves Ravey

Éditions de Minuit, septembre 2010, 13,50€, 144 pages, ISBN : 978-2-7073-2125-1

retour haut de page

Fondus enchaînés

Je côtoyais les rôdeurs de l'ombre qui trouvaient dans le rituel du cinéma un exutoire. Célibataires inquiets. Monomanes confus. Collectionneurs d'autographes. J'étais comme eux.   Enfouie dans la nuit. Invisible. Le mobile est le même pour tout le monde. Nous sommes dans l'obsession du cinéma comme d'autres dans l'obsession de la vie.

Grande cinéphile elle-même, Michèle Tatu, explore en neuf nouvelles originales les liens intimes et complexes du réel et de la fiction. Dans les salles de cinéma, l'imaginaire se déploie sans entraves et la vie palpite tant à l'écran que dans la salle : fascination, meurtre, amour, décor de carton pâte, lieu d'affrontement ou de catharsis. On suivra ici les difficiles repérages pour un film à Sarajevo, là, l'étrange disparition littéraire d'une journaliste derrière son pseudonyme ou bien encore les désirs charnels singuliers nourris à la source de l'image.

Si le réel excède souvent la fiction, chacun des personnages trouve un réconfort propre dans cette forme de vie par procuration offerte par le cinéma : Oskar le projectionniste mène une vie apaisée dans sa cabine, loin de « ce carré de lumière (où) tout n'était que ruine des sentiments, guerres incessantes et comédies macabres », un romancier malheureux reconnaît que sans la fiction, il serait un « homme misérable », quant à Antoine Desbruyère, il ne s'expose jamais : « tapi dans l'ombre, il rampe comme ces soldats rompus qui savent que la guerre est perdue. »

Un recueil de nouvelles à l'écriture alerte pour plonger dans les coulisses du 7 e Art !

Née en 1950, Michèle Tatu est l'auteur de deux ouvrages sur le cinéma : Histoires du cinéma à Besançon (1995) et Balade cinématographique en Franche-Comté pour lequel elle a reçu le Prix Pergaud 2000.

 

 

Michèle Tatu

Éditions Aréopage, mai 2010, 112 pages, 15€, ISBN : 978-2-908340-86-0

retour haut de page

Mitochondries et autres nouvelles

Dans la grande tradition des nouvelles fantastiques de Maupassant ou d'Edgar Allan Poe, Philippe Bastin créé des univers aux dehors réalistes auquels il impulse de subtils décalages à vous glacer le sang.

Quoi de plus banal a priori qu'une postière qui enregistre des lettres recommandées dans un sombre bureau de poste de province ? Peut-être le fait que tous les destinataires meurent à réception du courrier ! Comment expliquer qu'une excursion touristique tourne au cauchemar et que d'un ami il ne reste qu'un rocher ? Que faire lorsque qu'on découvre que son double, apparaissant poliment par intermittence seulement, vous force à devenir un homme meilleur?

Philippe Bastin interroge également les ravages d'une science sans conscience : athlète « dopé » se désintégrant littéralement sur la piste, gymnaste russe rétrécissant, athlètes roumains aux convulsions mystérieuses ou bien encore animaux empaillés reprenant vie...

Il use avec intelligence du « je » traditionnel du narrateur des contes fantastiques - qui plonge le lecteur au coeur même de l'angoisse-, mais il manie également bien la multiplicité des points de vue, à l'image notamment de la nouvelle inaugurale qui intercale témoignages a posteriori et déroulé de l'intrigue au présent.

Né à Liège en Belgique en 1958, Philippe Bastin est l'auteur de poèmes, de nouvelles et de pièces de théâtre. Il a déjà contribué plusieurs fois à la revue Codex Atlanticus.

 

Philippe Bastin

La Clef d'Argent, Collection KholekTh , février 2010, 108 pages, 9€, ISBN : 978-2-908254-76-1


http://clefargent.free.fr

retour haut de page

Mona 3 étoiles

Dans son second roman, Nathalie Salvi porte sur la société atomisée actuelle un regard à hauteur d'homme. Point d'héroïsme épique, seulement une histoire de train-train quotidien et de vie, simplement.   Quoique encore... Descendre chaque matin pour acheter son jeu à gratter au tabac, est en soi une expédition périlleuse pour Mona, octogénaire connue dans la cité pour son franc-parler. Outre les objets qui complotent contre elle, la descente d'escalier à cet âge a des allures d'escalade en haute montagne   et la traversée de la rue relève de la roulette russe.  

Si Mona joue au Millionnaire, ce ne sont ni les gains, ni les lauriers qui en sont le véritable enjeu. Ce jeu rituel, qui nourrit avant tout son imaginaire, permet à Mona de se recomposer, au seuil de la mort, une famille élective, constituée de son aide ménagère Suzanne et de ses trois voisins - Simon, Martine et Lisa - empêtrés dans leur solitude et leurs peurs.   Elle crée du lien entre ses quatre êtres blessés, par petites touches discrètes et sans manipulation excessive .

D'une écriture alerte et pleine d'humour, Nathalie Salvi dresse un portrait, sans angélisme mais non dénué d'espoir, de la condition humaine.

Née dans l'Ain en 1967, Nathalie Salvi a publié un premier roman et de nombreuses nouvelles chez Griffe d'encre, aux éditions Gunten, aux Chemins de L'Aube et dans des revues.


Nathalie Salvi

Les Éditions de la Boucle, février 2010, 176 pages, 12€, ISBN : 978-2-35715-006-5

http://www.leseditionsdelaboucle.com

retour haut de page

Traduire un silence

Dans ce texte lyrique, le narrateur ressasse de façon obsessionnelle les souffrances causées par l'absence de la femme aimée et s'interroge sur la complexité des rapports amoureux. Il disserte plus largement sur l'incommunicabilité et le mystère de l'altérité.

De son vrai nom Mohand-Lyazid Chibout, né en Kabylie, a étudié à l'Université d'Alger avant de venir parfaire son cursus littéraire à la Sorbonne.


Iris

Éditions Franco-Berbères, février 2010, 284 pages, 18,50€, ISBN : 978-2-35453-004-4
http://www.sefraber.com

retour haut de page

Une petite colombe noire

Policiers du Quai d'Orsay et coéquipiers, Marie Piana et Melvin, son mari, sont en mission à Genève. Une nuit, Melvin disparaît mystérieusement. Trois ans plus tard, le médecin légiste Alex Malkine retrouve les empreintes digitales de Melvin sur le paquet de cigarettes d'une jeune femme assassinée. Accompagnée d'Alex Malkine, Marie Piana se lance sur les traces de son mari. Commence alors pour eux une course poursuite terrifiante : meurtres, policier véreux, tentative d'assassinat, disparition de preuves, produits radioactifs et manipulations médicales... Un thriller haletant aux rebondissements multiples et au découpage cinématographique.

Originaire de Besançon, Nicolas Robert est scénariste et consultant en communication.   Il a collaboré et écrit de nombreux scénarii ; ce thriller est son premier roman.

 


Nicolas Robert

Éditions Pierre rouge, Collection Comme au cinéma , octobre 2009, 316 pages, 14€, ISBN : 978-2-9535480-0-6

retour haut de page

Les Renards cuisent au four

À partir d'un travail sur les archives de Chaux-lès-Châtillon, Marie-Thérèse Boiteux ressuscite dans ce roman historique la vie des campagnes comtoises au début du XVIIe siècle. Sous la houlette de l'Onchot et de la Tante Barbe, la vie de la famille de Claudine, Jacques son mari et Nicolas son beau-frère, s'organise entre les travaux des champs et ceux au château de Maître Jérôme. Malgré la rudesse de la vie paysanne, ce sont des années heureuses à Valoreille qui s'ouvrent avec la naissance du petit Jean en 1616 : l'achat d'un cochon, la chaleur des veillées, les mariages et les naissances, les fêtes et les légendes ... Ainsi l'histoire merveilleuse liée au dicton « les renards cuisent au four » :

Tout au fond du Fays habite une famille de renards, pas comme les autres (...) car ils vivent de la même façon que les hommes. Ils cultivent leurs champs, sèment leurs graines et récoltent et cuisent leur pain au four. C'est la fumée de leur four qui monte au village.

Mais dès 1633, des menaces de guerre apparaissent. Après le Pays de Montbéliard et l'Évêché de Bâle, les Français et les Suédois veulent conquérir la Franche-Comté. En 1637, ils ne sont plus qu'à quelques lieues de Valoreille. Comment les villageois résisteront-ils à la violence des invasions suédoises ? Pourquoi quatorze ans plus tard, Claudine continue-t-elle à en faire des cauchemars ?

Cette réédition est l'occasion de redécouvrir le roman pour lequel Marie-Thérèse Boiteux avait reçu le Prix Pergaud 1991.

 


Marie-Thérèse Boiteux

Éditions Cêtre, novembre 2009, 400 pages, 20€, ISBN : 978-2-87823-217-2

retour haut de page

Cutter

Voici le nouveau roman d'Yves Ravey, le douzième, qui paraît comme à l'accoutumé sous la couverture blanche des éditions de Minuit. À chaque fois que l'on aborde un livre d'Yves Ravey, on se trouve immédiatement saisis par l'atmosphère implacable qui suscite l'inquiétude. Dès les premières pages, l'air s'est raréfié : et l'on est contraint d'économiser son souffle pour survivre à cette immersion « au coeur des ténèbres » - ceux de la violence ordinaire, voire de la perversité, de l'être humain. Mais si, à l'instar du récit de Conrad, Cutter   diffuse l'angoisse face à la noirceur du coeur humain, l'univers de Ravey est tout autre - et notamment parce qu'il n'est pas réaliste. Cutter évite toute description de lieux et de personnages, toute psychologie - et en cela, il se donne comme un roman noir en trompe-l'oeil.

Comme dans Pris au piège (2005), le personnage central est un enfant, Lucky, orphelin de père, placé dans un « Institut de Surveillance » ; avec sa soeur aînée, Lily, et à l'instigation de leur oncle Pithiviers, jardinier et factotum chez les Kaltenmuller, Lucky va faire un stage au domicile du couple. Seulement, il n'aurait vraiment pas dû être là. Et le piège va se refermer sur lui. Il s'ensuit un récit haletant forgé dans une langue épurée, dont les phrases sont tranchantes comme un cutter...

 


Yves Ravey

Les Éditions de Minuit, octobre 2009, 144 pages, 13,80€, I.S.B.N. : 9782707320872

retour haut de page

C'est un peu la paix / C'est un peu la guerre

Écrites de 1960 à 2000, ces nouvelles démontrent par la diversité de leur nature - contes surréalistes, récits apocalyptique, histoires fantastiques, fables, rêveries picturales, héroïc-fantasy, pamphlets écologiques ou pacifiste - la grande diversité de la palette d'écriture de Jean-Pierre Andrevon.

Dans ces textes courts, les fées offrent des crayons magiques, le Service Paneuropéen de Planification traque les femmes enceintes, les gens s'offrent en cadeau des grands-mères domestiques, les chevaliers combattent des démons et bêtes, les balles fusent et les bombes tombent et la Terre explose, trop souvent.

Si la dénonciation des absurdités humaines induit des univers sombres et inquiétants, ces nouvelles ne sont pas dénuées d'humour : ainsi l'histoire d'un homme décidé à se suicider qui se retrouve unique survivant de l'humanité, ou cette description gourmande d'un repas de cannibale, ou encore la guerre des dragons contre une armée humaine dirigée par Napoléon, Hitler et Staline.

Né en 1937 dans l'Isère, Jean-Pierre Andrevon a publié plus de cente trente romans dans tous les genres. Il est également chanteur et dessinateur.

 

Jean-Pierre Andrevon

La Clef d'Argent, Collection Kholekth , octobre 2009, 164 pages, 12€, I.S.B.N. : 978-2-908254-74-7

retour haut de page

Comme un jeu d'enfant

Passant la société au crible de la fiction romanesque, l'auteur raconte la descente aux enfers de deux adolescents et la violence de l'enfermement carcéral.

 

 

Gérard Lambert

Éditions Gunten, Collection Grands romans , octobre 2009, 152 pages, 12,50€, I.S.B.N. : 978-2914211765

retour haut de page

Mon papa est en prison

Ce roman raconte le quotidien d'une mère et de sa petite fille dont le mari et père est en prison.

 

Yves Couturier

Éditions Gunten, Collection Grands romans , octobre 2009, 124 pages, 12,50€, I.S.B.N. : 978-2914211772


retour haut de page

Terre brûlante

Après Laurie et le souffle du papillon et Passé compliqué , Nicole Tourneur entraîne le lecteur au Mexique et lui fait partager dans ce roman sa passion pour ce pays.

 

Nicole Tourneur

Éditions Gunten, Collection Grands romans, octobre 2009, 268 pages, 18€, I.S.B.N. : 978-2914211789

retour haut de page

Au village

Au village, c'est plus fort que soi, le passage d'une voiture qui n'est ni celle du boucher, ni celle de l'épicier, ni celle du boulanger, ni la Citroën du voisin fait lever les yeux et si à la nuit tombée, au moment de s'endormir elle semble ralentir, on se fait quelque chose qui s'accélère dans la tête qu'on évitera de raconter.

À l'image d'un tableau pointilliste, Geneviève Hélène dessine en petites touches un portrait littéraire du village : la moisson, le café du village, les bêtes, le comité des fêtes, la messe, la camionnette du boucher, les vieilles qui s'éteignent et les jeunes qui s'ennuient... Rythmé par l'anaphore « au village », elle collecte en écrivain et croque avec poésie toutes ces menus faits qui font la ruralité morvandelle. Sans condescendance, son oeil de citadine intégrée au village est parfois amusé, souvent simplement curieux de l'autre ou contemplatif. Sa prose, de phrases fluides à la ponctuation singulière en phrases dense isolées, restitue ce temps suspendu de la campagne.

Les photographies de Janine Niépce, première femme journaliste-reporter-photographe en France et figure importante de l'école dite « humaniste », dialoguent avec justesse avec ce portrait littéraire.

 

 

Texte : Geneviève Hélène
Photographies : Janine Niépce

Éditions Virgile, Collection Écrire la lumière , septembre 2009, 84 pages, 14€, I.S.B.N. : 978-2-914-48175-5

 


retour haut de page

Maisons de mémoires

Jean Libis sillonne le paysage de la mémoire. Des lieux retiennent son écriture. Des demeures inspirent l'écrivain et font chacune l'objet d'un récit. Les cinq nouvelles de Jean Libis dialoguent avec les photographies de Louis Venot. En écho au regard de l'artiste sensible à la présence de ces habitations et de leurs occupants, les mots de Jean Libis font de ces maisons le lieu de possibles retrouvailles avec le passé.

 

 

Jean Libis

Éditions Virgile, Collection Écrire la lumière , septembre 2009, 112 pages, 15€, I.S.B.N. : 978-2-914-48176-2

retour haut de page

Le Deuil des abeilles

Après Les Neiges de la Sainte-Catherine et Les Beignets des foins , Marie Thérèse Boiteux poursuit sa saga familiale, mêlant la petite histoire et la grande, comme le résume son personnage central, Noémie, qui veille sur ses enfants et petits-enfants, dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale.

Ma vie a été dirigée par la guerre, dit lentement Noémie. Ma naissance est une conséquence de la guerre de 1870. Ma vie de femme a été bouleversée par celle de 1914. Ma vieillesse est tourmentée depuis 1939.

Au centre du récit, le village de Vornans, dans la Franche-Montagne, à proximité de la frontière suisse, zone particulièrement surveillée par les Allemands. Une partie de la population s'organise pour nourrir les citadins affamés, faire passer les Juifs traqués en Suisse et soutenir la Résistance. Marie-Thérèse Boiteux restitue cette page d'histoire en campant des personnages attachants : Noémie Mère Courage, Louise la jeune sage-femme valeureuse, Anaïs l'institutrice engagée, Félicien et Xavier les fils combattants... Mais derrière cet engagement de toute une famille, se cache un secret douloureux.

 

Marie-Thérèse Boiteux

Éditions Cêtre, septembre 2009, 360 pages, 20€, I.S.B.N. : 978-2-87823-213-4

retour haut de page

Les Sillons de l'espoir

Il n'y pas qu'à Antoine que je ne me suis pas faite. Au village aussi, je suis restée une étrangère. Il n'est pourtant pas laid avec ses rues en étoile à trois branches...

Ainsi parle Clarisse, que la vie n'a guère épargnée ; surnommée « la boiteuse », mariée à un fermier qui l'agaçe et ayant perdu l'enfant qu'elle portait, Clarisse voit dans le retour en fanfare de la séduisante Marilyne, fille du pays qui a réussi comme mannequin à Paris, le comble de l'injustice. Mais la disparition mystérieuse de la jeune femme va tout faire basculer...

 

Marie-Thérèse Renaud

Éditions Cabédita, Collection Espace et horizon , septembre 2009, 208 pages, 22€, I.S.B.N. : 978-2-88295-561-6

retour haut de page

Dix-huit histoires d'eau en Franche-Comté

Ce volume présente dix huit nouvelles en relation avec l'eau sous toutes ses formes en divers lieux de Franche-Comté.


Jean-Louis Poirey

Les Éditions du Citron Bleu, août 2009, 256 pages, 17,50€, I.S.B.N. 978-2-9533778-1-1


retour haut de page

Le Silence des abeilles

Pourquoi les abeilles dépérissent-elles ? Les scientifiques cherchent des réponses. Sid aussi essaie de comprendre.

Né au début des années 1980, il ne sait pas trop à quoi se raccrocher, se fiant tour à tour à la sagesse des apiculteurs, à la nostalgie des néonazis, au cynisme du Forum de Davos, à la solitude de la montagne, aux voyages, et à son irrésistible penchant pour une étrange téléphoniste japonaise...

En forme de roman d'apprentissage, Le Silence des abeilles propose un regard tendrement moqueur, décalé et curieux sur une certaine jeunesse. Après Kamikaze Mozart, Daniel de Roulet poursuit ici avec talent son entreprise romanesque, où personnages, destins et thèmes se croisent pour raconter l'histoire mouvementée des hommes de ce siècle.

 

Daniel de Roulet

Éditions Buchet Chastel, août 2009, 231 pages, 17€, 978-2-283-02412-6


retour haut de page

La Sphère des Mères

« Les trois fictions ici recueillies en un volume représentent trois manières d'écriture expérimentées, chacune, à un moment nécessaire du rapport que l'auteur a entretenu avec lui-même et ses propres sources de création. Infernaux Paluds , premier roman, s'est nourri de matière autobiographique, avec la pensée de dégager le sens de l'expérience vécue et de pousser, du côté de l'origine des passions, le regard soucieux de connaissance de soi. Voyage au centre de la ville transpose, transfigure et transvalue le projet autobiographique, en le recentrant sur le seul terrain des pulsions et fantasmes. Enfin, Mère des Croyants met en oeuvre les principes de la mythobiographie, dégagés auparavant au cours de l'élaboration de Marinus et Marina . La biographie d'une célèbre mystique dissidente du XVII e siècle, devient l'espace de projection des fantasmagories incestueuses et néanmoins spirituelles du narrateur. C'est là une manière de recréer l'histoire, qui revendique son droit sans réserve à la pure subjectivité. » C.L.-C

Ouvrage publié avec le concours du Centre régional du Livre de Franche-Comté et de la Région Franche-Comté.

 

Claude Louis-Combet

Éditions José Corti, Collection Domaine français , 2 e trimestre 2009, 674 pages, 30€, I.S.B.N. : 978-2-7143-0993-8

retour haut de page

Le Veilleur de livres

Dans la tradition des grands novellistes, Frédérique Laurent crée dans chacune de nouvelles de ce recueil des petits univers denses et autonomes :   du choc littéraire d'un charpentier à un tableau émergé du passé, des légendes innombrables du Cosaque à la sécheresse des amours disparues, de la richesse des langues au silence des maisons abandonnées. Les époques et les voix se superposent dans un mouvement de voilement/dévoilement intemporel.   Avec beaucoup d'économie et un imaginaire fertile, Frédérique Laurent interroge l'étrange énigme de la condition humaine et de l'altérité.

Passionnée des langues et de la linguistique, Frédérique Laurent est traductrice littéraire du polonais, de l'allemand et de l'alsacien. Elle a traduit entre autres, Krzysztof Rutkowski, Kazimierz Brakoniecki et récemment Stefan Chwin. Ouvrage publié avec le concours du Centre régional du Livre de Franche-Comté et de la Région Franche-Comté.

 

Texte : Frédérique Laurent
Illustrations : Marianne K. Leroux

L'Atelier du Grand Tétras, juin 2009, 112 pages, 15€, I.S.B.N. :2-911648-26-9

retour haut de page

Schisme : Pierre Valdo et le chevalier

Dastier, chevalier errant, se lie d'amitié avec Pierre Valdo, chef de l'hérésie vaudoise qui se développe à partir des années 1170, et le suit dans son évolution politique et spirituelle. Jamais Dastier n'acceptera de se convertir à la foi de Valdo. Cependant, homme de guerre et stratège de valeur, il combattra à ses côtés les terribles répressions que l'Inquisition inflige aux Vaudois.

Jacques Rittaud-Hutinet a reçu pour ce livre le Prix Louis Pergaud 2009 et la mention spéciale de l'Association des écrivains de langue française.

 

Jacques Rittaud-Hutinet

Éditions Mon Village, juin 2009, 208 pages, 19€, I.S.B.N. : 978-2-88194-184-9

retour haut de page

Les Tisserands des Lumières T2. L'Éveilleur

À la fin du premier tome de cette trilogie, Jeanne-Catherine (éd. Gunten, 2008), la jeune veuve Jeanne-Catherine et son amant Jean-Jacques décidaient de fuir la vindicte des habitants de leur ville comtoise aux mentalités étriquées, pour rejoindre Ferney, aux côtés de Baptiste, le secrétaire de Voltaire. Le roman s'ouvre sur une lettre de Jeanne-Catherine,   qui avec l'aide de Baptiste a appris à lire et à écrire, et qui raconte à la famille de maître Bigeol l'incroyable projet de développement social de Ferney élaboré par Voltaire.   Illustration romanesque des préceptes voltairiens, on suit le parcours initiatique de Jeanne-Catherine révélée à elle-même par les livres et les plaisirs de l'esprit. On retrouvera également tous les personnages attachants créés par Patricia Gavoille, au fil de leurs joies et de leurs peines.

 

Patricia Gavoille

Éditions Gunten, Collection Grands romans , juin 2009, 384 pages, 18€, I.S.B.N. : 978-2-914211-69-7


retour haut de page

L'Heure bleue

Pour lutter contre l'absence et laisser une trace de cette vie, un homme redonne voix à sa femme emportée par un cancer.

 

Patricia Commelin

Éditions Gunten, juin 2009, 212 pages, 20€, I.S.B.N. : 978-2914211710

retour haut de page

Le Mystère du Lac d'Antre

Ce polar jurassien débute par un banal accident qui projette dans le lac d'Antre la voiture de Jean-Marc Ganaud, représentant en portes et fenêtres. Mais lorsque la brigade fluviale sort la voiture des eaux, un cadavre émerge du coffre. Même si Jean-Marc Ganaud dénie tout lien avec la victime, Charles Brousse, agent de change parisien, le doute plane et les coupables potentiels sont nombreux : ses maîtresses, le député et ancien ministre Jean Dumesnil, ses clients à qui il promettait des placements à haut-rendement...


Bernard Rieu

ABM Éditions, 2 e trimestre 2009, 222 pages, 15€, I.S.B.N. : 978-2-35152137-3


retour haut de page

Malbosque

Si l'on a pu lire des nouvelles de Gilles Bailly dans diverses revues ( Codex Atlanticus , Hespéris , Nord ...), Malbosque est son premier roman.

« Un écrivain raté qui part chercher l'inspiration dans la France profonde, un mystérieux village qui se déplace, un pacte avec le règne végétal, une expérience de reconversion civilisationnelle, un périple dans les entrailles de la Terre, une Europe en cours de balkanisation : dans ce récit de facture composite, se côtoient des éléments relevant à la fois du réalisme, du fantastique, du nonsense, de la science-fiction et du surréalisme. Le ton, souvent décalé, ne tempère jamais vraiment un lyrisme assuré et une compassion affichée pour la condition humaine. »

Durant une minute ou deux s'offrit sous nos yeux l'horizon d'une plaine en échiquier écrasée par la perspective. Nous nous étions tous immobilisés, machinalement. D'ici, le monde d'en bas nous paraissait lointain et attendrissant, comme le souvenir d'un vieil aïeul, mort de sa belle mort.

 


Gilles Bailly

La Clef d'Argent, Collection FikhThon , avril 2009, 200 pages, 12€, I.S.B.N. : 978-2-908254-72-3

retour haut de page

Un Casanis pour Carcopino

Que fait un Corse, comme Louis, quand son honneur est en jeu?

Le cimetière gardé par le vieil Angelo serait encore ouvert, il le savait. Lui aurait sa réunion vers 15 heures, après que justice soit rendue. Il savait où attendre ses futures victimes sachant d'où arriverait Maria poussant son landau.

 


Gilbert Pastore

Éditions Gunten, avril 2009, I.S.B.N.: 978-2914211741

retour haut de page

Neige perdue

On connaissait les photographies de Jack Varlet, voici qu'on découvre son écriture avec ce premier roman qui mêle montagne, histoire et rencontres humaines.
Tout commence avec une valise en vieux cuir, abandonnée, et plusieurs centaines de photographies, oubliées... Quittant Grenoble dans la fumée âcre d'un incendie, un homme décide de traverser les Alpes, à pied, sur les traces d'un grand alpiniste allemand d'avant-guerre, grimpeur magnifique, perdu éternellement dans les neiges des plus hauts sommets . Un périple intérieur au coeur de la montagne mêlant drames passés et rencontres étonnantes. Pour ce roman, Jack Varlet a reçu en juillet 2009 à Arolla le prix «Village du Livre de Saint-Pierre de Clages».

 


Jack Varlet

Éditions Mon Village, avril 2009, 224 pages, 19€, I.S.B.N. : 978-2-88194-182-5

retour haut de page

La Reine népalaise

Un archéologue découvre au Tibet un mystérieux parchemin écrit par Brikhouti Dévi, fille du roi du Népal et épouse d'un roi du Tibet du VII e siècle. Le début du parchemin est surprenant puisque Brikhouti mentionne qu'elle est tenue d'écrire l'histoire de sa vie avec une sincérité absolue et dans un délai d'exactement treize jours si elle veut échapper à l'emprise d'une mystérieuse et terrible démone...

 

 

Bernard Grandjean

Kailash éditions, Collection Les exotiques , mars 2009, 180 pages, 15€, I.S.B.N. : 978-2842681753

retour haut de page

Les Disparues du fief

Au coeur de l'hiver rigoureux de 1297, plusieurs jeunes filles de la seigneurie de Montrond disparaissent mystérieusement sans que jamais leur corps ne réapparaissent. OEuvre des bêtes sauvages, du Diable, d'un homme ? Les hypothèses vont bon train et la peur croît dans la communauté villageoise. En protégeant sa fiancée des assauts du prévôt Darderans, le jeune Guillaume du clan des bûcherons du hameau des Essarts se retrouve en cavale aux côtés du clan d'Amaury qui compte bien résoudre le mystère en marge de l'enquête officielle. De gouffres terrifiants en découvertes macabres, cette quête de vérité va les opposer à la volonté politique d'étouffer l'affaire.

Restituant avec justesse les ambiances de la Franche-Comté moyenâgeuse et les enjeux de pouvoir de la société médiévale, Hervé Perton signe un premier polar historique solide dans la droite ligne des grands noms du genre.

 

Hervé Perton

Éditions de la Boucle, mars 2009, 256 pages, 14€, I.S.B.N. : 978-2-35715-005-8

retour haut de page

Étrennes de Russie

Dans les années trente, Sidonie, fillette de bonne famille, passe ses vacances à La-Tranche-sur-mer. Elle est fascinée par la femme russe cloîtrée dans la villa d'en face et la tristesse qui se dégage d'elle. Peu à peu, un lien à distance et sans mot se tisse entre elles.

Devenue vieille, Sidonie passe son été dans la villa de La-Tranche-sur-mer avec Célia, jeune étudiante payée pour lui tenir compagnie. Au coeur du faisceau de coïncidences qui les rapprochent, la Russie de leurs mères, qui va les amener à résoudre enfin les énigmes du passé. Mais l'ouverture des coffres à secrets peut-elle vraiment réparer les blessures du passé ?

Déroulant une trame narrative implacable, Christelle Ravey resserre en crescendo les liens entre les époques et les destinées individuelles pour aboutir à ce climax où tous les hasards prennent sens.

 

Christelle Ravey

Éditions de la Boucle, mars 2009, 256 pages, 14€, I.S.B.N. : 978-2-35715-003-4

retour haut de page

Le Tableau bleu - Mémoires oubliées

Du Jura à la Corse, en passant par l'Algérie et le Vietnam, ce troisième volet de la saga « Mémoires oubliées » de Pierre-Alain Mayol construit des correspondances mystérieuses entre les vivants et les morts, recréant au-delà du déroulement linéaire du temps des passerelles entre les destinées individuelles. Ce qu'expose ainsi Numa Felici devenu Frère Bernard :
J'ai dû détourner ce destin, après avoir longtemps hésité. On peut penser que si je l'avais suivi, Émilie n'aurait pas mis au monde un enfant hors mariage, n'aurait pas disparu le jour de sa naissance,- j'ai su cela en son temps par sa mère. Michel Acquaviva n'aurait pas existé. Il ne serait pas devenu l'ami de David Norbier. David n'aurait pas hérité de lui et vous ne seriez pas là auprès de moi, l'esprit plein de questions qui ne recevront pas de réponses. Du moins pas celles que vous attendiez. On peut poursuivre jusqu'à l'absurde cette cascade de si. (...) En cela, il faut seulement voir que nous sommes liés les uns aux autres. Certaines de nos décisions peuvent déclencher des drames inattendus, imprévisibles, des destinées apparemment perdues. Nous empruntons la meilleure voie, c'est-à-dire la seule possible, celle qui s'impose à nous par un mouvement sans retour.

S'ouvrant avec la mort par noyade - suicide?- du père de la narratrice, Mélina, à Chapelle d'Amont, et jalonné de drames du passé, ce récit superpose les strates de secrets, véritable boîte de Pandore gigogne. En héritant d'une villa en Corse, Mélina découvre un pan inconnu de l'existence de son père et tente par l'amour de réparer les rendez-vous manqués. De cette quête des origines, il naîtra deux enfants porteurs de toutes ces mémoires oubliées.

 

Pierre-Alain Mayol

Éditions Gunten, mars 2009, 320 pages, 18€, I.S.B.N. : 978-2-914211-73-4

retour haut de page

Voyage aux Terres australes
Un officier de marine de l'expédition Baudin découvre l'Australie et la Tasmanie :
1800 -1804

« ... Nous vîmes une vingtaine d'individus, tant hommes que femmes et enfants. Aussitôt qu'ils nous aperçurent, ils s'arrêtèrent pour nous considérer et semblaient désirer venir à nous. »

Partie du Havre en octobre 1800, l'expédition de découverte commandée par Nicolas Baudoin en Nouvelle-Hollande (l'Australie d'aujourd'hui) et en terre de Van Diémen (Tasmanie) se donnait pour but de recueillir des informations scientifiques de première main sur ces terres (plus de 200 000 objets, 2 500 espèces zoologiques et 650 espèces botaniques furent rapportés en France) mais aussi, à l'époque de la création de la Société des observateurs de l'Homme, de contribuer à la science naissante de l'anthropologie - plus de 1500 dessins et aquarelles des populations rencontrées seront réalisés.
Le récit de Pierre Bernard Milius, lieutenant de vaisseau qui sera nommé commandant après la mort de son capitaine Baudoin, est foisonnant et teinté d'humour. Il s'intéresse autant aux conditions de vie de l'expédition maritime qu'aux régions traversées, et nous replonge dans un monde encore à découvrir, à l'aube du XIX e siècle.
Ouvrage publié avec le concours du Centre régional du Livre de Franche-Comté et de la Région Franche-Comté.

 

 

Pierre Bernard Milius

Éditions La Lanterne Magique, mars 2009, 272 pages, 18€, 978-2-916180-07-6

retour haut de page

Peuchâtre et Gésirac

À soixante-dix ans passés, Michel Rullier nous offre un premier livre remarquable. Combinant paysages réels et imaginaire collectif du Pays de Saintonge, il crée des univers réalistes denses qu'il décale avec subtilité pour nous plonger dans des contes fantastiques, à la lisière du rêve et de l'effroi. Dans la droite ligne des grands novellistes, Michel Rullier déploie pour cela une très belle écriture de facture classique. Entre autres fantasmagories, on croisera un cheval à la crinière d'argent, une maison qui traverse les âges, un dieu barbare, un jeune loup adopté, une lettre de l'au-delà...
Un recueil de nouvelles à découvrir de toute urgence et dans l'attente d'autres à venir, on l'espère.

 

Michel Rullier

La Clef d'Argent, Collection KholekTh , février 2009, 238 pages, 12€, I.S.B.N. : 978-2-908254-71-6

retour haut de page

Au bord de l'horizon

Pour colmater les fissures et combler les vides, il lui fallait se rendre sur place, entrer dans le berceau familial, toucher de ses mains les murs de la prison, sentir les embruns inonder sa face et respirer l'air à pleins poumons. Peut-être alors, se sentirait-elle plus solide, enfin!

Adoptée par une cousine exilée en France, Galini n'a pas connu ses parents, assassinés dans une île lointaine dans les années soixante-dix, pour leur révolte contre la dictature en place.

Pour la jeune femme, il est temps d'élucider le mystère de ses origines. Quittant la quiétude de son magasin de fleurs parisien et l'amour protecteur de Benoît, elle décide de se rendre sur cette île, qui, sans jamais être nommée, évoque la Grèce des Colonels. Là, elle va remonter le fil de l'histoire, de rencontres en tentatives d'intimidation, et, aidée par la voix de ses parents, reconstituer leur tragique destinée. Un beau parcours initiatique où la résolution du passé permet de se tourner apaisé vers l'avenir.

 

France Lestelle

Éditions de la Boucle, février 2009, 144 pages, 12€, I.S.B.N. : 978-2-35715-004-1

retour haut de page

La Révolte des poules en bois

Engoncée dans une vie urbaine morne, entre son mari, issu de la haute bourgeoisie et travaillant à la Défense, et son travail de professeur de langues et cultures anglo-américaines à l'Université Paris X, Manuéla a décide brutalement de changer de vie. Ce parcours de renaissance la mène d'un squat parisien au château de Milly-les-Grands-Bois, puis du monastère de l'abbaye d'Achey-en-Champagne à Vesoul. Au terme de ce périple initiatique riche de rencontres, elle s'installe dans le hameau de Malbrousailles. Partageant la vie des villageois, elle se reconstruit une existence en phase avec ses aspirations, entre la fabrication de poules en bois peintes et la création d'une entreprise de traduction.

 

Jean-Louis Poirey

Les Éditions du Citron Bleu, février 2009, 272 pages, 17,90€, I.S.B.N. : 978-2-95337-780-4

retour haut de page

Les Marsal, tome 2, Les Chemins d'honneur
(1917-1922)

Avec ce second tome, Guy-Louis Anguenot prolonge son tableau romancé de la Première Guerre mondiale au travers de la vie d'une famille rurale de Rondey-la-Joux, les Marsal. On retrouve tous les personnages aux côtés desquels nous avions suivi les premières années de la guerre : l'inflexible pater familias Paul Marsal, ses trois fils au front, Marie-Louise qui se meurt de phtisie, la jeune Eugénie et son correspondant de guerre, Angèle qui tente de soulager à l'hôpital de Salins-les-Bains les souffrances des Poilus blessés. L'année 1917 est sombre - enlisement du conflit, boucherie du Chemin des Dames, démoralisation des troupes et répressions... À l'arrière, on commence à s'interroger sur le lourd tribut de cette guerre qui dépeuple les campagnes. Au sortir de la guerre, force est de constater que les valeurs traditionnelles du monde rural ont profondément changé.

 

Guy-Louis Anguenot

Maé-Erti éditeurs, 1er trimestre 2009, 304 pages, 19€, I.S.B.N. : 978-2-84601-729-9

retour haut de page
i

La Source inconsolée

Pour guérir d'un amour déçu, Nathalie se retire loin de la civilisation, dans une ruine solitaire   perchée sur une falaise, qui appartenait à sa tante maternelle défunte. Au gré de ses approvisionnements en eau, Nathalie apprivoise la nature environnante et les habitants du village voisin. De rencontres fortes en secret dévoilé, elle va effectuer un long parcours intérieur de renaissance. Les secrets sont des rejets qui assaillent générations après générations, étouffent les êtres jusqu'à ce que l'un d'eux les cueillent, les débroussaillent, que l'inconscient les trie et mène le savoir à leur source.

 

Patricia Pain

Patricia Pain, 1er trimestre 2009, 270 pages, 20€,I.S.B.N. :   978-2-9528425-1-8

retour haut de page

Espoirs déchus

Après avoir découvert que sa femme H'djila le trompait avec son frère Omar, Méziane se suicide pour   laver son déshonneur. Séparée de sa fille, Thilelli, H'djila est rejetée avec violence par toute la communauté villageoise. Seul le Cheikh perçoit sa douleur et lui offre son pardon et sa protection. Thilelli grandit et tente de comprendre les raisons de l'ostracisme de sa mère. À ses côtés, Mourad, enfant du village qui revient après des études en ville, s'oppose à la toute -puissance du chef de Thajemaât, Dda Kaci. Il tente d'éveiller les consciences et d'ouvrir le village au progrès (école, route, électricité...). Véritable plaidoyer contre l'intolérance, ce récit dépeint avec justesse les méfaits de l'ignorance et de l'obscurantisme.

Enseignant au département d'anglais de l'Université   de Tizi Ouzou, Noufel Bouzeboudja est passionné de poésie et de théâtre. Se prêtant au jeu comme à la mise en scène, il a également écrit une pièce de théâtre. Il a été, en décembre 2006, lauréat du concours de poésie organisé par le Centre Culturel Français d'Alger.

 

 

Noufel Bouzeboudja

Éditions Franco-Berbères, janvier 2009, 200 pages, 14,50€, I.S.B.N. : 978-2-35453-001-3

retour haut de page

Les Nubel

Vaste fresque historique, ce roman ressuscite, avec des accents épiques, les mouvements insurrectionnels africains contre l'occupation romaine à la fin du IV e siècle. La famille Nubel, famille berbère puissante de Mauritanie césarienne s'oppose aux visées hégémoniques du gouverneur Romanus et fédère derrière elle les tribus opprimées :  

Romanus vous ment effrontément ! Il vit de votre misère, il ne cesse de spolier vos biens. Voyez autour de vous ce qui reste... il ne vous reste que vos bras à louer ! Venez avec nous, notre soulèvement vous rendra votre dignité.

Assisté de ses frères et de sa soeur Cyria qui galvanise les guerriers, Firmus, le fils aîné de Flavius Nubel, prend la tête des troupes qui rapidement conquièrent Césarée et Icosium.

Inquiet de ce soulèvement, l'empereur romain Valentinien 1er   envoie le général Flavius Théodosius en Afrique pour restaurer l'autorité romaine. Bien que celui-ci fasse usage de subterfuges et trahisons diverses pour éliminer les frères Nubel, l'insurrection africaine perdure.

Universitaire et journaliste, Younes Adli milite en Algérie pour les droits de l'homme et la démocratie.   Ses travaux de recherche concernent principalement le patrimoine historique et culturel de la Kabylie des XVIII e et XIX e siècles.

 

Younes Adli

Éditions Franco-berbères, janvier 2009, 252 pages, 18,5€, I.S.B.N. : 978-2-35453-005-1

retour haut de page

Chaos sentimental

À son retour d'Algérie, Ouyidir tombe dans un guêpier inextricable. On l'accuse du double meurtre de sa fiancée française Irène et de son père, ancien militaire ayant fait la guerre d'Algérie. Hébété de douleur dans sa cellule, il se remémore tous les événements de sa vie, qui chacun à leur manière l'ont mené là : son enfance dans un village berbère, ses études à Alger dans les années 70, son goût pour la culture, son arrivée en France et ses luttes contre l'intolérance et les inégalités sociales. Se transformant en salle des cauchemars, sa cellule est visitée par tous les fantômes des personnes qu'il a aimées : son père fervent pacifiste, les habitants de son village marqués par la guerre, ses amis d'enfance, sa première fiancée, Hadda, assassinée par les islamistes, Jimmy le Kabyle révolutionnaire...

Ce fut accompagnée de Kateb Yacine que Hadda pénètra dans la cellule. Kateb Yacine mourut quelques années auparavant dans une ville proche de Doncy (...) Juste au moment où s'effondrait le mur de Berlin et avec lui tout le bloc de l'Est, mettant ainsi fin au partage du monde fait à Yalta au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Alger la blanche noircissait. Les barbus déambulaient massivement dans ses rues.

  Aomar Ait Aider use des codes du roman noir comme prétexte à balayer, au-delà de l'histoire individuelle, l'histoire de l'Algérie et de la France depuis les années 50. Un tableau politique et culturel des rapports complexes de ces deux pays, dans lequel la noirceur alterne avec l'espoir.

 

Aomar Ait Aider

Éditions Franco-berbères, janvier 2009, 200 pages, 14,5€, I.S.B.N. : 978-2-35453-003-7

retour haut de page

Fifi de Montmartre


Pour développer ses opinions sur diverses notions philosophiques (l'amour, la guerre, les femmes, la musique, la jalousie, la liberté, l'écologie, le travail...), l'auteur crée un artifice littéraire à la mode des Lettres Persanes. Dans le rôle de l'étranger intrigué, Fifi, un moineau montmartrois, avide de communication, demande à Jean, un écrivain solitaire, de lui expliquer le comportements des humains.

Né en 1939 dans les Vosges, André Jeanpierre vit dans le Jura depuis 1981.

 


André Jeanpierre

Publibook, juillet 2009, 66 pages, 10€, ISBN : 978-2-7483-4622-0

retour haut de page
    accès aux archives